Travail en alternance.

Dernière ligne droite la tension monte petit à petit. Les répétitions se font de plus en plus fréquentes et intenses !  Après les apprentissages individuels, nous voici confrontés à nos premières répétitions, en comité restreint dans un premier temps.

        

             Quelques dernières annotations et rectifications sur les partitions!!!

Et ce matin ça se précise : on décharge le matériel…

On branche, on visse… Et le chef fait les réglages.

On fait comme si on maitrisait !!! Car bien sûr, on ne trimballe pas nos claviers ou pianos perso, et c’est pas toujours facile de changer d’instrument !!!!

Un petit apéro bien mérité !

      Et pendant 2 jours, ce sont les vraies de vraies : les répétitions avec estrade, sono, micro, ampli, retour qui ne fonctionne pas toujours etc… Enfin, bref, les aléas du direct comme les pros ! Mais on s’éclate même s’il y a des petits coups de stress. Sauf pour Jean-Louis qui tranquillement a toujours le nez dans ses réglages et peut reprendre sa partie n’importe où !!!!!!                   

   

                  smileys-musique-soleil-big1.jpg              

Mais, voilà, on alterne. Entre 2 répétitions, les Saints de Glace étant passés, nous n’oublions pas le jardin. Les petits pois sont bien avancés, en fleurs même et les oignons profitent bien des premières chaleurs.

     

Un rayon de soleil et j’ai pu semer 8 rangs de haricots verts, une plate-bande de cèleri.

    

J’attends le prochain créneau et j’attaque les courgettes, les tomates et les courges.

Vous constaterez qu’on ne bosse pas pour des prunes : regardez ce mignon bébé artichaut !!!!.

     Quant à Châtaigne, fidèle à elle même ! 

 Allez, souhaitez-nous du courage, vendredi c’est le Grand Soir !!!!

Dernière étape.

Tout ce qui est fait n’est plus à faire, disait ma grand-mère. Eh bien, on lui a obéi et on a terminé de poser la nouvelle clôture.  Tout ça s’est étalé sur une semaine, car le béton a toujours besoin de quelques jours de séchage.

Première aventure : redonner du service à la remorque pour rapporter du sable de « la ville »!

     Puis, ciment, pelle, brouette, truelle et tous les outils de la catégorie :

   

Tout ceux qui connaissent Monsieur savent qu’il est très exigeant avec le niveau !!!! Quant à moi, je suis la préposée au vissage : un jeu d’enfant quand tout est bien à sa place et qu’on a à sa disposition une visseuse sans fil !

       La voici installée. La nature va reprendre ses droits : l’herbe et les fleurs sauvages vont revenir à la première pluie.

      J’en profite toujours pour vous montrer les nouvelles floraisons au jardin. Tout démarre bien dans le nouveau parterre : ancolies, érable et hosta.

               

Et là, voici 2 étapes de la floraison des « Allium gigantum ».

                                     

 

Où en étions-nous ?

        Ce petit journal de bord s’était arrêté sur le mur de guingois qui attendait que de gros bras viennent nous donner un coup de main pour en finir.

    C’est donc ce matin que nous avons attaqué :

 

         Le camion garé le long du mur au millimètre près, les ridelles baissées, il n’y eut qu’à pousser un peu pour que ça bascule ; on avance d’un mètre ou deux le véhicule et rebelote, on pousse. Bien sûr, les dernières pierres sont à ramasser à la main, mais ça va tout de même plus vite que de se farcir toutes les pierres à terre !!!

       Quelques finitions un peu physiques malgré tout : le linteau du passage ne servait plus à rien, il fallut lui « faire sa fête » ; bien sûr, c’est Monsieur qui s’y colle ! Mes p’tits bras ne suffisaient pas, et pour tout avouer, j’n’aime pas bien me servir de la meuleuse, pour couper les fers à béton !!!

  

        J’ai participé de tout mon cœur en consacrant toute mon énergie à charger ce genre de gros « caillou », que l’on a utilisés finalement pour refaire les jambages de la table de jardinage qui commençait à être branlante.

  

Une provision de ciment et nous installerons une barrière un peu plus champêtre.

J’en profite pour vous montrer les petits changements au salon. Vous aviez déjà vu la table basse le mois dernier, et voici les aménagements assortis : la façade du tiroir ainsi que 2 étagères au-dessus, toujours en bois de palette.

Au milieu de tout ça, j’espère que pour vous, la chasse a été fructueuse !!!

Du pain sur la planche.

Je vous l’avais montré il y a un mois :

le mur qui nous séparait du terrain voisin, s’est en partie écroulé à cause d’un bon coup de vent ;               

                 

                                                                Sur l’herbe, c’est pas trop gênant, mais sur  la        terrasse des voisins, en contre-bas, c’est plus embêtant !!!!

       On attendait que la météo soit plus clémente et surtout que les copains avec leurs engins soient disponibles : on ne peut donc s’y coller que le week-end !!! Et c’est parti pour un premier morceau :

     Cette première moitié du mur, pierres et tuiles, a servi à faire un chemin « carrossable » pour la brouette ; c’est plus confort que la gadoue pour emporter le foin des juments dans le râtelier.

Ça fait tout de même plus propre et ça laisse un peu de temps à la végétation pour repousser avant que les voisins ne viennent passer quelques jours de vacances.

    Il nous reste à « attaquer » la partie restée debout, non pas par l’opération du Saint Esprit mais plutôt grâce au petit cerisier, comme vous pouvez le voir !!!!! Et à trouver une utilisation pour ces gros blocs !!!

      Si tout va bien, on s’y attèle le week-end prochain mais avec une organisation toute calculée : on va essayer de charger les pierres directement dans un petit camion benne pour ne pas trop abimer la pelouse.

Parallèlement, on prépare comme chaque année notre concert : guitare, synthé, piano…. et ça prend beaucoup de temps en répétition (on n’est pas des pro!!!). Mon programme pour cette année : Ragtime, un peu de rock, un peu de variétés française et espagnole…J’ai déjà mis quelques repères car je suis toujours un peu fâchée avec les reprises ; j’ai tendance à les oublier !!!