C’était pourtant dimanche.

Aujourd’hui, notre sortie vélocipédique nous a conduit vers Heugnes et Pellevoisin….En presque 30 km, je suis sûre qu’il n’y avait pas 1 km de plat ! Soit ça monte, soit ça descend, je m’en vais leur prêter mon niveau aux gars de la DDE !

Nos jambes étaient un peu fatiguées, lourdes des grosses chaleurs de ces derniers jours, mais c’est avec courage et bonne humeur que nous avons terminé l’ossature du futur lambris ; comme vous le constatez, il sera posé à l’horizontale, d’où les tasseaux à la verticale.Un tasseau tous les 40 cm, en laissant des petits espaces pour que l’air circule bien et au moins 2 vis par tasseaux, donc j’ai du pré visser une bonne soixantaine de vis, la visseuse électrique, une fois chargée, finira le travail. Mais imaginez que Monsieur, lui, a percé la même quantité de trous dans les parpaings !

        Vous constaterez que je suis perchée ! Même si je boycotte la grande échelle, j’ai adopté l’escabeau beaucoup plus sympathique à mes yeux.

Laisse béton.

      A chaque jour suffit sa peine, disait ma grand-maman !

Et bien pour aujourd’hui, ça suffit. De toutes façons, il faut que ça sèche ! Nous avons ressorti la bétonnière pour faire de beaux jambages avant de poser le lambris côté chambre.

Tout d’abord, poser des coffrages.

Monsieur vérifie bien sûr les niveaux. Quant à Lili, elle semble en admiration à moins qu’elle se dise : « pourquoi il s’emm……. à faire ça, c’était bien aussi avant !

Puis on charge, et on lisse    Un petit réagréage du seuil qui sera recouvert d’une marche en bois sans doute pour faire la transition entre le parquet de la chambre et le revêtement du salon.

Et puisque la bétonnière était sortie, nous en avons profité pour faire une chape bien plane pour le nouveau congélateur.

Avec la récolte qui s’annonce de courgettes, choux, petits pois et autres haricots, l’ancien était bien trop petit. Il y a déjà plein de cerises !

Et voilà l’travail ! Les 35° extérieurs vont amplement aider au séchage .

Poupoune la pipette !

La pipette de PhotoFiltre m’avait fait peur. En fait retoucher des images en prélevant la couleur que l’on croit bonne, n’est pas évident, et heureusement, car le résultat est inespéré si on compare avec l’espèce de rose du logiciel photo.Ce petit côté « violine » correspond tout à fait à ce que j’imaginais.

    Les jonctions avec le plafond ne sont pas très nets, car dans ma précipitation pour vous prendre la photo, j’ai oublié de retirer les scotchs de masquage. Quant à la tache jaune, ce n’est que le reflet du soleil qui tape très fort au dehors ; mais décidément l’isolation est très bonne et j’ai travaillé au frais.

Donc super bilan de la journée, d’autant que ce matin, nous avions ressorti les vélos, et à ma grande satisfaction, les jambes (et le pied) tournent bien. Je vous donne un petit aperçu de notre belle campagne environnante.

 

Ici, dans l’Indre, même les meules de foin se

rangent 2 par 2, et les petits se mettent devant !

  Au retour de cette belle ballade, cueillette chez la voisine et direction le fourneau :

« Ce n’est pas elle qui aura faim cet hiver »

(cf « Chante Pinson »pour les adeptes

de la littérature jeunesse)

Pendant ce temps, Montana passait docilement à la manucure !

                      Une superbe journée!

Coucou, me revoilou !

Le temps passe et je m’aperçois que vous n’aviez aucune nouvelle depuis le 1er juillet. Et bien ici, on n’a pas arrêté ou si peu. Le jardin encore et toujours reste l’activité principale : désherbage, premières récoltes et comme le soleil a décidé d’être généreux avec nous, nous n’y travaillons que le matin et vraiment dès l’aube, à l’heure où beaucoup sont encore au lit. Je vous rappelle qu’il n’y a pas loin de 200 m² de potager + le jardin d’agrément, donc quand on a terminé une parcelle, il faut recommencer à l’autre bout. Les mois d’été sont toujours très prenants chez les jardiniers mais c’est un vrai plaisir de s’y promener.       Pour assouvir mes souhaits, les coquelicots sont venus s’installer où je ne les attendais pas. Ils se ressèmeront là où ils veulent.

 

 

Du coup, les travaux intérieurs, en particulier notre chambre, avancent doucement. Comme je vous l’avais déjà dit je crois, nous les réservons pour les jours de moins beau temps. Et de plus nous attendons une livraison de sable et ciment pour fignoler le jambage de notre porte de chambre, avant d’y poser le lambris. Nous avons tout de même blanchi un peu les poutres. Un blanc opaque aurait trop alourdi le plafond et les laisser couleur bois aurait assombri ; enfin bref c’est comme ça et pas autrement : c’est nous qu’on décide quand même!      La porte et la fenêtre ont, quant à elles, subi 2 couches de vraiment blanc car elles ne possédaient qu’une seule couche d’apprêt, et les travaux les avaient bien ternies.

 

 

 

 

 

 

Entre-temps, ce fut aussi la fête au village et nous nous sommes laissés embaucher pour les préparatifs et l’organisation du jour. Monsieur a participé au montage des barnums, puis s’est posté à la traditionnelle buvette. Quant à moi, n’étant encore pas très à l’aise sur mes 2 jambes, c’est au comptage des points de la belote que je me suis consacrée : comme vous le voyez, les amateurs étaient nombreux :

Nous avons eu droit à un spectacle de Majorettes et Minorettes.

http://img2.hostingpics.net/pics/986544Barres_divers__5_.gif

             Il faut vous dire également que nous sommes un peu fan du tour de France et comme la télé est un peu soporifique, l’après-midi se solde souvent par une petite sieste avant que l’on émerge à l’arrivée des coureurs.

Par contre, ils passaient vendredi tout près de chez nous, et les villages concernés ne pouvaient y échapper : clôtures repeintes, bords de route bien fleuris…..

Et donc, comme le veut notre tradition familiale, ce fut l’arrivée relativement tôt sur les lieux, pique-nique, caravane du tour, tout ça en compagnie des enfants et petits-enfants qui ne les avaient jamais vus en vrai.  Monsieur et son petit-fils s’entrainent même au sprint en haut de la côte.

Je vous mets ce que j’ai réussi à emprisonner dans mon « canon » car toutes les voitures passent assez vite, et elles n’ont jamais voulu « poser » pour moi.

       On fait l’inventaire des cadeaux que l’on a reçus.

    Puis ce fut l’attente des coureurs

(qui passent en quelques secondes),

Enfin, retour au pas de tortue : c’étaient les Champs Elysées à Géhée !!!!!!!!!!!!!!!! Même en une année complète, on ne voit jamais autant de voitures.

Ah et j’oubliais aussi : j’ai fait un petit aller et retour en Vendée pour revoir mes anciennes collègues et fêter un départ à la retraite. Martine, je te souhaite un épanouissement aussi agréable que le mien et à toutes les autres, je souhaite de très bonnes vacances.

…Vous le saurez désormais, ce n’est pas parce qu’il n’y a aucun nouvel article que l’on s’ennuie.

Promis, je ne vous laisserai plus aussi longtemps sans nouvelles.

à tous ceux qui passent par ici.