Évidemment…

      Tu nous as ouvert les bras, il y a cinq ans seulement pour nous intégrer à ce petit village dont tu connaissais l’histoire sur le bout des doigts,  mais j’ai l’impression de te connaître depuis toujours. L’image que je garde c’est ta silhouette, accoudée au portail, quand tu venais nous accueillir, toujours avec le sourire et une plaisanterie en réserve.    Notre jardin regorge aujourd’hui des boutures et bulbes que tu nous mettais de côté quand tu faisais un peu de ménage dans le tien. En fait, j’en ai plein des images…

     Quand les copains de notre génération commencent à disparaitre… dur, dur. Ça commence à faire beaucoup pour 2018!!!

Alors, oui on dansera encore, on rira encore

Mais pas comme avant….

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *